Style de vie

RACONTEUR D'IMAGES.

L’appellation pourrait paraître prétentieuse. Née du besoin de découvrir le monde, ses habitants, ses cultures ; sans limites ni clichés ; j’ai développé une approche « world & people photographer »: Raconter les gens, raconter des vies, raconter des histoires.

Raconter et rencontrer. Deux verbes proches et indissociables dans ma vie.

Je travaille essentiellement sur des projets personnels basés sur l’humain, ses activités, son positivisme face à une mondialisation écrasante. Photographe optimiste, j’ai une vision moins dramatique et plus humaine sur mes sujets et le choix de ces derniers. J’aime détourner la forme au profit du message, jouer sur des détails plutôt que de travailler sur un message frontal.

Ré-inventer

Parce que je ne crois pas à une voie unilatérale du travail de l’image et des rencontres, je cherche à porter un regard neuf et parfois utopique sur un métier enfermé dans ses propres clichés. Je crois à la capacité de l’être humain à s’émerveiller, à croire ou vouloir croire, à cette naïveté qui fait naître de belles histoires, à cette simplicité qui pousse à la créativité.

Racines

L’histoire pourrait commencer comme celle d’un bon nombre de photographe « tout petit, mon père m’a offert un appareil photo, et j’ai su… ». Mais elle est bien plus singulière. J’ai toujours eu des appareils photo. Comme tout le monde me direz-vous. Je n’ai jamais eu la prétention de faire de la photographie, encore moins d’en vivre. Je suis graphiste et directeur artistique de formation, ceci depuis 17ans. Mon métier m’a permi de travailler dans les agences de communication ou de publicité aussi bien que pour des marques de surf - skate - snowboard, gérant des budgets pour des institutions internationales, du luxe aussi bien que pour le secteur du tourisme ou la grand consommation.

J’ai eu le bonheur de travailler et diriger de très bons photographes, de travailler au plus près, jusqu’à comprendre la magie de l’acte photographique. J’ai réellement pris conscience du potentiel de ce moyen d’expression lors de mon premier voyage, en 2007, dans le Haut Atlas Marocain. Pour moi il était vital de trancher avec le monde artificiel et acidulé de la publicité et de la communication. J’avais besoin de simplicité, de fraîcheur, de vrai. Même si j’ai beaucoup de respect pour les grands photographes, mon inspiration est plutôt variée. D’ailleurs je préfère la bande dessinée à la photo, pour ses cadrages originaux et ses lumières cinématographiques. Je tire mes racines d’années de graphisme et d’un paysage musical éclectique.

Evolution

Depuis j’ai étoffé mon langage photographique. Si je n’aime toujours pas les studios saturés de lumière, je peux travailler en flash sur un reportage, et jouer sur des ambiances naturelles en portrait. Je n’hésite pas à mélanger les styles autour d’un langage afin de ne pas m’enfermer dans des clichés involontaires. Je m’autorise à scénariser des parties de documentaires pour offrir un regard sur une réalité, ou d’utiliser des lumières additionnelles en reportages pour avoir un portrait qui reflète une reflexion ou pensée plutôt qu’un ambiance.

J’envisage la photographie avec la candeur du débutant et le professionnalisme des métiers de l’images. "Humaniser la relation à l’image." Comment? Par le process photographique, le support, le sujet et sa pérennité dans le temps.

J'aime raconter des histoires. Votre histoire! Exit le studio froid, je préfère la franchise d'une ambiance réelle, reflétant mon sujet et ma passion pour celui-ci.